Nous retrouvons les Gazelles en Isuzu de la team des Tamagaïa pour la suite de leurs aventures dans le désert marocain. Souvenez-vous… Nous avons quitté Sophie et Liliane dans le récit de leur course « sans pression »…. Vraiment ?

h

Racontez-nous votre dernière balise…

“Nous sommes sur le dernier jour du dernier marathon… Sophie a retrouvé son poste de navigatrice et nous traversons des champs de cailloux. La garde de notre pick-up est basse et nous avons très peur d’accrocher un rocher… Ça passe !

Quand soudain, nous nous retrouvons dans un passage minuscule… Le pick-up D-Max est très gros et on se demande si ça va passer sans accrocher… Ça passe encore !

Après avoir appréhender le moindre accrochage, nous découvrons un cul de sac… Une seule solution : gravir la dune dont la côte est la plus raide que nous ayons vue jusqu’ici. Tout en haut, nous savons qu’il y a un plateau. Alors Lili s’engage avec un mental de guerrière mais avec quand même la peur de nous retourner tellement c’est raide… Et bien ça passe encore ! »

Gazelles en Isuzu

« Lorsque nous arrivons en haut, nous sommes suivies par deux Gazelles en Jeep. Nous prenons le temps de nous remettre de nos émotions et d’admirer le paysage magnifique quand les autres concurrentes nous rappellent à l’ordre : il faut faire vite, il ne nous reste que 30 minutes pour trouver la dernière balise du rallye. 30 minutes ?!?

Nous regardons l’heure, il est 17h30. Nous ne comprenons pas, les balises ferment à 19h habituellement, nous avons encore 1h30… Et non !! Heureusement que nous avons croisé ces participantes, elles nous rappellent que, pour cette toute dernière épreuve, la dernière balise ferme à 18h. C’est une catastrophe ! Pour le coup, là, on a eu un peu de pression !!”

Gazelles en Isuz

Mais tout est bien qui finit bien. Les deux équipes cherchent la balise en 4×4 puis à pieds pour ne pas prendre trop de pénalités. Quand elles la trouvent enfin, elle est à peine à 20 mètres d’elles, cachée au fond d’un trou. Il reste quelques minutes

Et c’est ainsi que les Tamagaïa ont checké la dernière balise à 17h58 précise, deux minutes à peine avant le drapeau de fin. C’est la fin du Rallye des Gazelles, elles sont premières en Isuzu et 3ème de la catégorie 1ère participation.

h

Une aventure solidaire avant tout

“Aujourd’hui, je rêve toutes les nuits que j’y suis encore… Et nous retrouvons encore du sable dans nos affaires !”

Quinze jours que nos Gazelles sont rentrées et les émotions sont intactes. Malgré la fatigue (elles conduisent 10 à 12 heures par jour, couchées à 21h et levées à 4h du mat’) elles vivent des moments inoubliables, des feux de camp entre Gazelles, des bivouacs sous les étoiles (et au milieu des scorpions).

“Il règne sur le rallye une solidarité impressionnante entre les participantes. Nous étions à deux jours de la fin quand nous sommes tombées dans un trou bien caché en contre bas d’une dune. Pas moins de dix Gazelles ont fait un détour pour venir nous aider à nous sortir de là !”

Il y a bien entendu la chaîne humanitaire mise en place avec la Caravane des Coeurs de Gazelles mais aussi la solidarité des équipages qui étaient tous venus avec des cartons à destinations des populations locales. Pour les Tamagaïa, ce sont des montures de lunettes qui ont été collectées.

Gazelles en Isuzu

Et la féminitude dans tout cela ?

La féminitude était partout, sur le bivouac et sur les pistes, dans l’entente cordiale, la solidarité, les galères, les rires et les larmes… Il faut un sacré tempérament, un mental hors du commun pour faire une telle aventure et il faut aussi parfois mettre de côté le confort et les commodités toutes féminines.

“On a vite oublié les masques de beauté, le mascara et le gloss ! Exit les ongles manucurés aussi, il nous arrivait même de remettre deux fois les mêmes vêtements parce qu’on se levait à la bourre et que les fringues étaient perdus au milieu du bazar de notre tente 😉 Notre trousse de toilette comprenait le strict nécessaire et surtout l’écran solaire total et les lunettes de ski obligatoires par le règlement.”

Alors forcément… Quand les Tamagaïa arrivent à Essaouira, elles louent un riad et profitent de massages aux huiles chaudes…

Gazelles en Isuzu tankage

La prochaine aventure ? Elle sera électrique !

Le Rallye Aïcha des Gazelles est le seul rallye éco-responsable ayant obtenu la norme ISO 2004-14001, engagé dans l’impact du rallye sur l’environnement. Cette année concouraient pour la première fois des voitures solaires et électriques les “e-Gazelles” et les organisateurs visent 30 % de ces véhicules au départ d’ici 2020.

“Nous avons été impressionnées par les performances des véhicules électriques. En plus, il s’inscrivent totalement dans la démarche responsable du rallye. Le prochain se fera peut-être au volant d’un buggy électrique… à moins que d’ici là Isuzu se lance dans le pick-up électrique ?

Sophie et Liliane ont su garder le bon cap dans le désert marocain à bord de leur pick-up Isuzu, poussé par le vent d’Amazonie… Merci pour cette interview, bravo à toutes les deux pour ce classement et à très vite pour une nouvelle aventure !

Interview : NatCordeaux
Crédit Photos : Maïenga