Après notre interview de Thomas Carlile, nous poursuivons avec Marion Haerty, championne du Monde 2017 de snowboard freeride, elle aussi ambassadrice Isuzu. Mais pour trouver une snowboardeuse, il faut aller à la neige… Direction donc le Rock on Snowboard Tour à Val Thorens où Stéphanie de Chambéry Motors by Starterre a rencontré cette jeune sportive. Et que font deux filles à la neige ? Elles parlent de pick-up bien sûr !

h

Marion Haerty Rock on snowboard tourBonjour Marion Haerty, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Bonjour Stéphanie. J’ai 25 ans, je suis une passionnée de la glisse depuis mes 10 ans, pour être plus précise, depuis le jour où j’ai découvert une planche sous le sapin de Noël. J’ai eu un véritable coup de foudre pour cette discipline et à 14 ans j’ai commencé les compétitions. Depuis, j’ai fait le tour du monde avec ma planche !

En parallèle, j’ai continué mes études. Aujourd’hui, je suis des cours à l’Efac Mbway d’Annecy où je fais ma dernière année de master entrepreneuriat et commerce. J’écris aussi pour le journal Adrénaline de l’Équipe depuis 3 ans, sur les sports extrêmes et de glisse. Malheureusement le sport me laisse peu de temps…

Comment êtes-vous devenue sportive professionnelle ?

A 14 ans, j’ai commencé à m’entraîner sérieusement avec des coachs professionnels. Ils m’ont appris à structurer mes entraînements, à adopter une bonne hygiène de vie et à aborder les compétitions, ce qui était nouveau pour moi. J’ai d’ailleurs beaucoup appris sur moi-même à cette période.

Aujourd’hui, je suis championne du Monde 2017 de snowboard freeride. L’année dernière je suis arrivée 3ème du Freeride World Tour et 2ème en coupe du Monde de slopestyle.

Mais si le sport a pris une place essentielle dans ma vie, c’est une aussi discipline qui me donne l’occasion de m’amuser, de découvrir d’autres cultures et d’autres personnes. Je vis ma passion à fond et ça, c’est génial !

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est le snowboard freeride ?

C’est tout simplement du snowboard hors piste. On glisse sur des faces enneigée à côté des pistes, couloirs et kicks. La compétition se déroule en 5 étapes, sur le Freeride World Tour et nous sommes jugés sur la qualité de notre descente, la difficulté, les sauts et la vitesse. En revanche, il n’y a pas de jeux olympiques.

« Le snowboard freeride est une discipline libre ! »

Parce qu’il n’y a pas de fédération et parce qu’elle dépend des éléments naturels : elle a lieu sur un territoire naturel, sur des circuits privés, sans façonnage qui vienne de la main de l’homme.

Quelle est la place de la femme dans ce sport ?

Il y a une belle évolution de la femme dans le sport de glisse et je pense que de belles années nous attendent encore. Mais nous sommes également entourées de garçons géniaux, des entraîneurs, et des coachs qui nous apprennent à pousser nos limites pour atteindre nos objectifs.

Tiens justement, dit-on rideuse ou snowboardeuse ?

Oui, on peut féminiser sans aucun problème !

Marion-Haerty-credit-rockonsnowboard

En parlant de femme… Vous êtes ambassadrice Isuzu depuis juin 2017 et conductrice d’un pick-up D-max. Pouvez-vous nous en dire plus ?

C’est une chance énorme d’être ambassadrice de cette marque ! J’ai eu un bon feeling avec la Team Isuzu et aussi avec le pick-up que j’adore conduire. Je suis tout le temps sur les routes et honnêtement je n’ai pas vraiment de maison fixe en hiver 😉 Le D-max, c’est un peu comme ma maison… Il est spacieux (j’ai un double cabine) et confortable. Je trimballe tout mon matériel mais aussi mes ami(e)s parce que le snowboard c’est un sport qui se pratique aussi entre copains.

« Le D-max, c’est un peu comme ma maison… »

Les aspects techniques du D-max sont aussi un atout non négligeable : les conditions de conduite en montagne sont difficiles et les qualités du pickup me les font oublier, il passe partout. Le fait de transporter tout mon matériel en toute sécurité avec le hard top est un véritable avantage, et en plus, toutes mes planches de snow s’y logent sans soucis.

Vous nous confirmez donc que le pick-up n’est pas que pour les hommes ?

Complètement ! C’est un plaisir de le conduire. D’ailleurs j’aime beaucoup le vôtre ! La décoration, les couleurs sont sympas et me donnent envie d’avoir le même 😉

Merci Marion, nous vous souhaitons une belle saison et tous les succès possibles.

Retrouvez Marion sur sa page Facebook
Interview : Stéphanie Roca
Rédactrice : NatCordeaux
Crédit photo : Rock on Snowboard Tour, Gilles Vitry et Stéphanie Roca